redaction Enseignements Jul 11

APPRENEZ À RELATIVISER LA CRITIQUE


APPRENEZ À RELATIVISER LA CRITIQUE

Pour vaincre l’insécurité, vous devez apprendre à ne plus accorder d’importance à la critique.


Soyez conduit par le Saint-Esprit


Pour vous, l’onction que vous avez reçue de Lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme Son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en Lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés. 1 Jean 2 : 27

 

Êtes-vous capable de porter un jugement sur vous-même ou avez-vous besoin d’une validation extérieure ? Par validation extérieure, je veux parler de l’affirmation d’une tierce personne qui vous dise que vous êtes à la hauteur ou que ce que vous faites est bien. Quand je parle de jugement personnel ou d’auto-validation, je veux dire que vous agissez sous la conduite du Saint-Esprit et que vous faites ce que vous croyez que Dieu vous dit de faire.

 

Un jour, j’ai décidé de redécorer ma maison. Je me suis procurée des carnets d’échantillons de papier-peints et j’ai choisi les motifs qui, d’après moi, embelliraient mes murs. Puis je les ai montrés à des amis pour obtenir leur avis : « Je vais tapisser ces murs avec tel papier et ceux-ci avec ce motif. Qu’en pensez-vous ? ».

 

Comme je n’étais pas sûre de moi dans ce domaine, je cherchais une validation extérieure, j’avais besoin de l’opinion des autres. Le fait est que je n’ai trouvé personne qui partageait mes goûts, chaque amie suggérait une décoration différente. De ce fait, la confusion m’envahit et je ne savais plus que faire.

 

Nous sommes tous différents ; nous sommes tous uniques. Je n’aurais pas dû m’attendre à ce qu’un autre partage mon choix. L’important était de savoir si j’étais satisfaite du résultat car j’étais celle qui allait vivre avec cette décoration ! Ne gaspillez pas votre temps à demander aux autres si vos vêtements sont bien harmonisés, si votre coiffure convient ou si votre voiture est à leur goût. Forgez-vous un jugement personnel.

 

 

Prenez vos propres décisions

 

Mais, lorsqu’il plut à Celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par Sa grâce, de révéler en moi Son Fils, afin que je l’annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le

 

sang… Galates 1 : 15-16

 

Lorsque Paul reçut l’appel de Dieu à prêcher l’Évangile aux païens, il ne demanda l’avis de personne.

 

Nous consultons, trop souvent, la chair et le sang lorsque nous recevons


une directive divine. Nous partons à la recherche de celui qui nous confortera dans nos décisions. L’apôtre Jean dit qu’à partir du moment où nous avons le Saint-Esprit, l’Esprit de Vérité, nous n’avons pas besoin de nous référer à un être humain.

 

Bien sûr, il y a un autre aspect à la question. L’auteur des Proverbes dit que le salut se trouve dans le grand nombre des conseillers (Proverbes 11 : 14). L’équilibre est donc d’obéir à l’Esprit de Dieu, sans mépriser le conseil de ceux qui sont plus sages ou de ceux qui ont plus de connaissances que nous sur le sujet. En écoutant les conseils de mes amies sur mes choix de décoration intérieure, j’ai appris de très bons principes, cependant je n’ai pas laissé leurs opinions arrêter ma décision finale.

 

Nous ne devrions pas nous placer sous une influence extérieure parce que nous avons peur de prendre des décisions.

 

Pour se forger un jugement personnel, il faut apprendre à relativiser l’importance de la critique.

 

Que se serait-il passé si j’avais redécoré toute ma maison en fonction des opinions extérieures et qu’alors une autre amie m’ait glissé à l’oreille : « Tu sais, je ne crois pas que j’aurais fait comme ça » ? Quel dilemme !

 

Certaines personnes pensent que transmettre leur opinion personnelle sur tout et à tout le monde est un emploi à plein temps ! Un des principes le plus précieux à observer : ne jamais donner – ni recevoir – une opinion ni un conseil non sollicité.

 

 

Ne vous mettez pas sous un joug

 

C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.

 

Galates 5 : 1

 

Soyez suffisamment confiant pour savoir relativiser la critique sans avoir l’impression d’être anormal. Ne vous mettez pas sous un joug uniquement pour vous conformer à l’opinion d’autrui.

Supposons que quelqu’un vienne dans ma maison fraîchement redécorée et me suggère : « Joyce, je ne sais pas si tu y as pensé mais, si tu mettais cette composition florale sur une table un peu plus grande, elle aurait un bien meilleur effet ».

 

Si j’ai confiance en moi et en mes points de vue, je peux alors suivre l’opinion de cette personne sans avoir l’impression d’obéir à sa suggestion.

 

Et, si je suis suffisamment humble, je peux au moins prendre ses dires en considération et admettre qu’elle a raison.

 

Parfois, il m’arrive aussi d’avoir l’impression que »quelque chose ne va pas» sans pouvoir mettre le doigt dessus. Si quelqu’un, qui en sait plus que moi sur le sujet me fait une proposition, je peux alors convenir « Oui, tu as peut-être raison. J’essaierai ».


Ayez suffisamment confiance en votre identité en Christ, pour écouter les autres et être ouvert au changement. Ainsi vous ne vous sentirez pas obligé d’être d’accord avec eux ou de devoir obtenir leur approbation lorsque votre avis est différent. Apprenez à garder la critique dans une bonne perspective.




Voir aussi tous les articles rédigés Accéder à la page

à propos de l'auteur :
Joyce Meyer le 11 juillet 2019 à 18h25

Commentaires

soyez le premier ou la première à réagir sur ce post. Pour réagir, Connectez-vous