redaction Enseignements Jul 11

DÉTERMINEZ VOTRE VALEUR

DÉTERMINEZ VOTRE VALEUR


Déterminez votre propre valeur – ne laissez pas les autres le faire pour vous.

 

Le besoin de s’affirmer

 

Tu es mon Fils bien-aimé, tu fais toute ma joie. Marc 1 : 11 (BDS)

 

Un enfant a besoin de l’affirmation et de l’amour de ses parents, en dépit de ses faiblesses et défauts.

 

L’enfant, à qui l’on transmet cela dès son plus jeune âge, grandit avec une personnalité dont le fondement est solide. Il ne s’évertue pas à fabriquer de bonnes actions dans le but d’atteindre la perfection qui le rendra acceptable.


Bien souvent, les parents ne savent pas comment transmettre cette affirmation, parce qu’eux-mêmes ne l’ont pas reçue de leurs propres parents.


J’ai lu le témoignage d’un homme qui avait vécu avec cette carence : il n’avait jamais entendu son père lui avouer qu’il l’aimait et qu’il était fier de lui.

 

Cet homme, bien que matériellement à l’aise, était très malheureux ; il pleurait souvent, sans raison apparente. Grâce à une thérapie, il découvrit l’origine de son problème et comprit qu’il s’épuisait à constamment vouloir prouver sa valeur à son père par ses accomplissements.


Au cours de sa thérapie, cet homme traversa le pays à plusieurs reprises pour rendre visite à son père, toujours à la recherche d’une affirmation. Il désespérait d’entendre son père lui dire : « Mon fils, je t’aime et je pense que tu es formidable. Je suis fier de ce que tu as accompli dans la vie ».

 

Nous aspirons tous à entendre de telles paroles. Pourtant, nous devons

 

admettre que nous ne recevrons jamais cette affirmation de certaines personnes.

 

Un jour, tandis qu’il se rendait chez son père, cet homme réalisa : « Il ne me donnera jamais ce que j’essaie d’obtenir de lui – il ne sait pas comment me le donner ». Lorsqu’il accepta cette réalité, quelque chose se brisa en lui. Dès lors, il expérimenta une liberté d’esprit, inconnue jusqu’alors.

 

Accepté dans le Bien-Aimé

 

…nous ayant prédestinés dans Son amour à être Ses enfants d’adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de Sa volonté, à la louange de la gloire de Sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. Éphésiens 1 : 5-6

 

Une partie de notre lutte provient du fait que nous essayons d’obtenir cette bénédiction de quelqu’un qui ne nous la donnera jamais, parce qu’il ou elle ne sait pas comment s’y prendre.

 

La Bible enseigne que nous avons été rendus acceptables auprès de Dieu,


dans le Bien-aimé (Son Fils Jésus- Christ), et que quiconque va au Père, par Jésus, ne sera jamais repoussé (Éph.1 : 6 ; Jean 6 : 37).

 

Si nos bien-aimés ne savent pas comment nous donner ce dont nous avons besoin, Dieu, Lui, sait comment y pourvoir. Il sera notre mère, notre père, notre mari ou notre femme ou toute personne dont nous avons besoin. Le Seigneur nous donnera et établira en nous ce que les autres ne peuvent nous donner.

 

Assumez la responsabilité de vos actes

 

Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même.

 

Romains 14 : 12

 

Je suis entrée dans le mariage avec une personnalité perturbée et tumultueuse. Un jour, après plusieurs années de mariage, Dave m’avoua :

 

« Sais-tu que si j’avais basé ma valeur et ma masculinité sur la façon dont tu me traitais, je n’aurais pas une bonne opinion de moi-même ? ».

 

Y a-t-il quelqu’un que vous ne traitez pas correctement ? Blâmez-vous facilement autrui pour des fautes que vous commettez vous-même, ou y a-t-il quelqu’un de votre entourage qui vous rend malheureux à cause de ses échecs et de sa souffrance ?

 

Un jour, une femme que j’avais rencontrée à Chicago me raconta que son mari avait été arrêté pour attentat à la pudeur.

 

«   Je peux lui pardonner » me dit-elle « car il s’est fait happer par la pornographie, je réalise qu’il est tombé dans un traquenard. Pourtant ce qui me heurte le plus, c’est qu’il m’accuse : il me reproche de ne pas l’avoir satisfait ».

 

 

Je lui ai expliqué ceci : « Même si vous n’avez pas pourvu à ses besoins, cela ne justifie pas son péché. Vous ne pouvez pas laisser quelqu’un vous rendre responsable de ses problèmes ».

 

Il arrive souvent que les gens, qui rencontrent des problèmes, cherchent un bouc-émissaire, quelqu’un à blâmer, car ils ne veulent pas assumer la responsabilité de leurs actes.

 

Autrefois, j’avais cette attitude à l’égard de ma famille. Mes échecs étaient toujours la faute de quelqu’un : « Si Dave n’avait pas fait ceci, je n’aurais pas réagi de la sorte. Si mes enfants m’aidaient plus, je ne me plaindrais pas tout le temps. Si Dave n’était pas aussi passionné de football, je ne serais pas constamment sur son dos ». Je trouvais tout le temps une raison d’accuser quelqu’un pour mon attitude et mon comportement négatifs.

 

Je suis si heureuse que mon mari ait été suffisamment sécurisé dans son identité en Christ. Je suis si reconnaissante qu’il ait reçu une solide fondation spirituelle grâce à laquelle il a pu m’aimer pendant cette période et qu’il ait refusé que je le culpabilise ou le rabaisse.

 

Notre valeur est définie par le Sang


…et de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et


le prince des rois de la terre! À celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang…Apocalypse 1 : 5

 

Votre identité en Christ doit être établie au point que vous ne définissez plus votre propre valeur en fonction de l’opinion et des actions des autres. Ne déterminez pas votre valeur en fonction de votre apparence, ce que vous faites ou de la manière dont les autres vous traitent. Le sang de Jésus a été versé pour vous, car vous avez une grande valeur.

 

En dépit de vos défauts et de ce qui doit changer en vous, Dieu oeuvre en vous – comme en chacun. Ne laissez personne vous charger de ses problèmes, vous donner l’impression que vous ne valez rien ou vous faire croire que vous êtes inutile par le fait qu’il ne vous traite pas correctement ou ne vous aime pas comme vous le méritez, comme l’enfant de Dieu racheté par Son sang que vous êtes.

 

Reconnaissez ce qui est juste

 

J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré Lui-même pour moi. Galates 2 : 20 Dieu veut que nous arrêtions de nous préoccuper constamment de ce qui ne va pas chez nous. Il veut que nous mettions l’accent sur ce qui va bien. Il est évident que nous devons reconnaître ouvertement nos défauts et nos faiblesses devant Dieu : « Père, je réalise que je ne suis pas parfait ; j’admets que j’ai des défauts et des faiblesses. Aussi, je te demande d’oeuvrer en moi pour me transformer. Seigneur, montre-moi les défauts que j’ignore et aide-moi à les corriger ». Toutefois, nous ne devons pas permettre aux autres de nous écraser à cause de leurs faiblesses et leurs problèmes.

 

Ne passez pas toute votre vie à essayer de gagner l’acceptation et l’approbation de quelqu’un. Rappelez-vous que vous avez déjà été accepté et approuvé par Dieu. Assurez-vous que votre valeur, votre affirmation et votre propre estime trouvent leur source en Lui.





Voir aussi tous les articles rédigés Accéder à la page

à propos de l'auteur :
Joyce Meyer le 11 juillet 2019 à 18h43

Commentaires

soyez le premier ou la première à réagir sur ce post. Pour réagir, Connectez-vous